René Malo

Biographie et filmographie

rene-malo-20151967 : l’année de l’Exposition universelle de Montréal, René Malo occupe la Direction de production du Pavillon de la Jeunesse, secteur Variétés. Cette fonction lui donne l’occasion de produire près de 2 600 heures de spectacles de jazz, d’«happening», de chanson, de musique psychédélique et émissions de radio dont « Jazz en Liberté » et « Nos Chansonniers à la Ronde » pour Radio-Canada.

Après l’Expo, ce sont les débuts de Radio-Québec, 12 employés ; d’abord recherchiste, puis directeur des services administratifs. Après un an, il est à 26 ans attaché au Président. Mais la vie de fonctionnaire n’est pas faite pour lui et il démarre sa première entreprise « Corporation Image » qui fera le lancement du film « Red » de Gilles Carle. Puis il se joint au producteur Guy Latraverse pour créer Québec Spec, Québec Disque et Québec Film, entreprises intégrées de production de spectacles, de disques et d’émissions de variétés. C’est ce modèle d’affaires que René Malo adaptera plus tard au cinéma et qui assurera sa réussite dans ce domaine.

Durant cette période, il produit les spectacles de Jean-Pierre Ferland, d’Yvon Deschamps, de Robert Charlebois, de Diane Dufresne, de Claude Dubois et d’Offenbach et les disques de Sol, de Claude Dubois et d’Offenbach. Au même moment, il met sur pied Corporation Image M et M, une maison de production de documents audiovisuels éducatifs où il produit plus de cent cinquante heures de courts et moyens métrages et de documents audiovisuels.

En 1973, il décide de se consacrer au cinéma et fonde Les Films René Malo inc., une société de distribution de longs métrages. C’est à cette entreprise que l’on doit la distribution au Québec de films comme Diva, La moutarde me monte au nez, Diabolo Menthe, Les dieux sont tombés sur la tête, etc. Au même moment, il s’investit également dans la production de films : d’abord aux États-Unis avec un partenaire français, Christian Fechner où l’aventure tourne mal, puis en France toujours avec Fechner avec lequel il produit L’aile ou la cuisse, mettant en vedette Louis de Funès et L’Animal avec Raquel Welch et Jean-Paul Belmondo – et en sol québécois, où il produit Panique de Jean-Claude Lord.

La décennie qui suit permet à René Malo, fort de ces succès, d’asseoir financièrement son entreprise et d’aborder le cinéma d’auteur, en produisant Un homme à tout faire de Micheline Lanctôt. C’est également à cette époque qu’il décide d’étendre son action au développement d’une cinématographie nationale, en mettant son leadership au service d’un cinéma profondément ancré dans son marché. Se succèdent alors les présidences répétées de l’Association Québécoise des Distributeurs de Films et de l’Association Canadienne des Distributeurs de Films et sa participation à de nombreux conseils dont celui de l’Institut Québécois du Cinéma, de l’Association des Producteurs de Films du Québec et de l’Académie du Cinéma Canadien. Se portant toujours à la défense de notre autonomie culturelle en matière audiovisuelle, l’implication de René Malo le conduit à siéger à la Commission Roth-Raymond, sur la scène fédérale, et à entreprendre de nombreuses représentations auprès du ministère de la Culture et des Communications du Québec en vue de modifier la législation régissant le cinéma au Québec.

Jack Valenti, cet ancien membre de la CIA qui dirigea la « Motion Picture Organisation of America » d’une main et d’un gant d’argent pendant plus de 25 années, qualifiait René Malo d »Ayatollah du Québec ».

René Malo a en effet pendant 20 ans, été à la tête d’un petit groupe d’irréductibles (tellement petit qu’ils n’étaient souvent que 2 : André Link et lui) qui se sont battus pour la souveraineté cinématographique du Canada et du Québec.

Il participa activement à la « Loi sur le Cinéma » du Québec, à la création du « Fonds de Distribution » et du « Fonds de Production de Longs Métrages » de Téléfilm Canada et à la mise en place des systèmes de crédit d’impôt pour les productions canadiennes et québécoises.
1983 marque un tournant dans les affaires du producteur-distributeur, alors qu’il renforce sa position en complétant l’acquisition du plus important distributeur indépendant au Canada, Les Films Mutuels.

Toujours sur sa lancée expansionniste, René Malo anticipe par ailleurs un vent de changement dans les habitudes de consommation du public en salles avec l’avènement des magnétoscopes. C’est ainsi qu’il établit une division pour exploiter cette nouvelle avenue que représente la vidéocassette : René Malo Vidéo. Cette vision multidisciplinaire du marché s’avérera déterminante dans la croissance de son entreprise, puisqu’elle contribuera à augmenter les sources d’exploitation de la gamme de produits distribués par son entreprise.

Les années qui suivent le voient revenir en force en production alors qu’il produit Le déclin de l’empire américain de Denys Arcand avec Roger Frappier de l’Office national du film du Canada. Le film a battu tous les records en salles au Québec, fracassé les records au Canada anglais et connu un succès remarquable à travers le monde, dont en France.

Cette nouvelle expérience d’exploitation à l’étranger pousse René Malo à chercher à consolider ses assises et à ouvrir de nouveaux marchés : il lance alors, de concert avec le producteur Pierre David et la maison de production Nelvana, Image Organization, destinée à assurer la vente, la commercialisation et la promotion de films sur le marché international. Il veut permettre la meilleure exploitation possible aux films québécois et canadiens. Comme il est depuis quelques années partenaire propriétaire de salles de cinéma, son expertise s’agrandit.

Une restructuration administrative en 1987 donne naissance au Groupe Malofilm, composé de Malofilm Distribution, Malofilm Production et Malofilm Vidéo et Image Organization. En novembre 1993, toutes les bannières canadiennes seront regroupées sous la compagnie publique Malofilm Communications.

Profitant de nouveaux capitaux, René Malo décide de poursuivre l’intégration de nouveaux supports technologiques en absorbant MMI Multimédia Interactif et Megatoon, créant ainsi une des plus importantes sociétés de production canadienne de jeux vidéo – alors qu’il achète également une série de fournisseurs Internet et les regroupe sous TotalNet, de façon à assurer la pérennité de ses entreprises.

Malheureusement en 1996, des problèmes de santé obligent René Malo à vendre sa participation dans Malofilm Communications.

Suite à cette vente, René Malo crée la Fondation René Malo afin de permettre à un maximum d’enfants d’avoir accès à l’éducation et à la culture, et ainsi permettre que l’art et le cinéma comme forme d’art en particulier, soit diffusé le plus largement possible.

C’est à partir d’une contribution de la Fondation René Malo que l’Université du Québec à Montréal (UQAM) crée en 2006, la Chaire René Malo en cinéma et en stratégies de production culturelle.

René Malo a produit 26 films et en a distribué plus de 2 000. Il est présentement président et chef de la direction de Groupe Laurem inc., de Cinémalo inc. et de Productions Laurem inc.

En plus de ses activités dans le milieu du cinéma, René Malo œuvre au sein de nombreuses fondations et organismes à but non lucratif.

Filmographie

TITRE PRODUCTEUR RÉALISATEUR ANNÉE
Quelle nouvelle Producteur François Brault et Jules Gauvreau 1973
Agence Beausoleil Producteur François Brault et Jules  Gauvreau 1974
L’Aile ou la cuisse Producteur associé Claude Zidi 1976
L’Animal Producteur Claude Zidi 1977
Panique Producteur Jean-Claude Lord 1977
L’Homme à tout faire Producteur Micheline Lanctôt 1980
Sonatine Producteur Micheline Lanctôt 1982
Le Ruffian Producteur José Giovanni 1982
Lune de miel Producteur Patrick Jamain 1985
Le Déclin de l’empire américain Producteur Denys Arcand 1986
Easy Prey Producteur Sandor Stern 1987
Tinamer Producteur Jean-Guy Noël 1987
Les Portes tournantes Producteur Francis Mankiewicz 1988
Pin Producteur Sandor Stern 1988
Les Tisserands du Pouvoir Producteur Claude Fournier 1988
Les Tisserands du Pouvoir II: La révolte Producteur Claude Fournier 1988
Trois pommes à côté du sommeil Producteur exécutif Jacques Leduc 1989
Blind Fear Producteur Tom Berry 1989
Internal Affairs Producteur exécutif Mike Figgis 1990
Money Producteur Steven Stern 1990
Scanners II: The new order Producteur Christian Duguay 1990
Scanners III: The Takeover Producteur Christian Duguay 1992
Mighty Machines (TV Series) Producteur Robert Blair 1995
Frankenstein and Me Producteur exécutif Robert Tinnell 1996
Habitat Producteur exécutif René Daalder 1997
Ladies Room Producteur Gabriella Cristiani 1998